Inscrivez-vous à la


RECHERCHE


ALBUMS : RECHERCHE GUIDEE
NOUVEAUTE

Angola 74

Angola 74
ECOUTER
MEILLEURES VENTES
1. ELIDA ALMEIDA
Kebrada
12,00 €
2. Bonga
Angola 72
20,00 €
3. ELIDA ALMEIDA
Ora doci Ora margos
12,00 €
Affiner votre recherche :
Share/Bookmark
Fiche technique Photos Recommander la page

Pierre Akendengue

Gorée

 

« L’Europe a organisé la traite des esclaves et les rois et les chefs africains l’ont alimentée », crime contre l’humanité que l’on ne peut laisser dans l’oubli. D’où, de part et d’autre, la nécessité d’un travail de mémoire et d’un devoir de vigilance. Gorée, une histoire douloureuse qui nous interpelle ! A terme, savoir vivre avec la différence et s’en enrichir sera un gage de réconciliation et de paix.

Pierre Akendengue

 

 

 

PIERRE AKENDENGUE – album « Gorée »

un texte de Jean-Jacques Dufayet

 

« L’Europe a organisé la traite des esclaves et les rois et les chefs africains l’ont alimentée ». En préambule à ce nouvel album, dix-huitième de l’artiste gabonais, Pierre Akendengue joue cartes sur table : ce sera un long coup de gueule. En finesse, certes, car l’homme et son art sont subtils. Mais rarement on aura senti Akendengue aussi remonté, aussi concerné.

 

Un nouvel album qui tombe à pic, dans le débat franco-français sur les bienfaits supposés de la colonisation. Coïncidence ? Ces chansons ont, pour la plupart, été écrites il y a plus de trois ans. Et à Libreville, Afrique équatoriale, où Pierre Akendengue vit depuis vingt ans. Pourtant, à sa manière, l’artiste répond à la fois aux jeunes des banlieues en colère et aux locataires du Palais Bourbon : pendant trois cents ans, et sur trois continents, la traite, l’esclavage, puis la colonisation ont créé une situation complexe, aussi bien à Bamako qu’à Saint-Denis ou Harlem. Ce ne sont pas les « indépendances », à peine cinquantenaires, qui effaceront d’un coup de baguette magique ces décennies de domination/soumission, rejet/métissage, amour/haine, blanc/noir.

 

Et donc, Gorée est à l’affiche de ce nouvel opus. La petite île, au large de Dakar, d’où partaient les esclaves enchaînés. Un symbole, bien sûr, car il y a eu des dizaines de Gorée en Afrique, des côtes de la Mauritanie à celles du Mozambique. Mais cette petite porte ouvrant sur la mer, dans la maison des esclaves, est imprimée pour toujours dans la mémoire de ceux qui l’ont vue. Avec le sentiment, en effet, que tout est parti de là. Cris, larmes, peur. Mais aussi Michael Jordan, Gilberto Gil, Aimé Césaire…

 

« Non ! Ne pleure plus, ne pleure plus Gorée. Ton nom est désormais symbole de fierté ». Voilà en substance le message de Pierre Akendengue : pour comprendre, il ne faut pas oublier ou nier le passé (et il reproche vivement à l’Afrique et à l’Europe de mal enseigner l’histoire de la traite à ses enfants). Rien de ce qui régit aujourd’hui les rapports nord-sud ne peut s’appréhender  sans remonter au commerce triangulaire ; trois cents ans, trois continents, ça laisse des traces.

 

Et puis après, une fois qu’on sait, il faut déculpabiliser les uns, « dévictimiser » les autres, et reconstruire. Docteur en psychologie, Akendengue sait bien que les grandes névroses ne peuvent se régler sans une longue analyse. Pour la thérapie, en revanche, l’intellectuel formé sur les bancs de la faculté blanche va troquer ses habits d’occidental contre le pagne de la grande forêt.

 

« La force, tu es en quête de force. La forêt, la forêt aux fauves contient cette force ». Quand certains n’y voient que du bois à couper et des profits faciles, Akendengue puise dans la forêt toute l’énergie (potentielle) de l’Afrique. C’est là qu’il a trouvé sa dimension spirituelle, présente dans chacune de ses chansons depuis le début de sa carrière. Loin des images exotiques véhiculées par le cinéma et la publicité, la grande forêt équatoriale est le cœur d’un monde initiatique, où esprits immortels et oiseaux multicolores sont les dépositaires des grands secrets de l’humanité. En coupant la forêt, en Afrique mais aussi en Amazonie et en Asie, ce n’est pas seulement le poumon du monde qu’on sacrifie. C’est le cœur même d’un savoir millénaire qu’on anéantit avant même d’avoir compris combien il pourrait être important pour l’Homme. « Dites-moi que je vous dise / Les progrès de la bêtise / D’étranges étrangers chassent de la forêt / Les pharmaciens du Bon Dieu ».

 

Akendengue se réjouit des parcs nationaux, nombreux, qui ont été créés dans la forêt gabonaise. Mais les effets pervers sont multiples ; à commencer par l’évacuation des pygmées qui y vivaient, incompatibles - dit-on - avec la faune qu’on veut protéger. Désormais perdus dans la savane ou, pire, dans la ville où ils ne s’adaptent pas, les pygmées oublient très vite leur savoir, et « l’Université de la Forêt » se délite dans l’indifférence générale.

 

Et Dieu dans tout ça ? Il est là, malgré tout. Et c’est Ta’Nzambe, à qui l’on n’édifie pas de temple, mais qui ressemble à tous les dieux de la planète et, sans doute, de l’univers. En tout cas on s’adresse à lui, chaque jour, comme partout. Et Akendengue ne déroge pas à la règle : « Je t’en prie, Père, ne te lasse pas / Non Père, ne te fâche pas ». Les missionnaires Franciscains qui ont éduqué le petit Pierre l’appelaient plutôt la force vitale. Mais à Aouta, son île natale, c’était le Ngoulou. Qu’importe. Dans ce syncrétisme afro-européen  Dieu-Ta’Nzambe y retrouvera les siens…

 

Depuis les années 70 où, déjà, on le disait inclassable, le musicien africain donne à chacun de ses albums trois dimensions indissociables : historique, culturelle, spirituelle. Au fil du temps cette dernière a bien sûr pris de l’importance, mais il ne s’agit pas d’un mysticisme désabusé, d’un quelconque renoncement. Il faut voir Akendengue, presque aveugle, maîtriser sur scène un orchestre réglé au millimètre, pour se convaincre que l’homme a de la ressource et, au fond, un optimisme à toute épreuve. Pays, mon beau pays bo. Bo comme beau, mais aussi comme « lointain », en langue omyènè. Objectifs lointains pour un musicien tenace. D’ailleurs, il ne renonce toujours pas à doter son pays d’une société de droits d’auteurs !

 

Malgré une discographie imposante, et quelques jolis succès comme Epuguzu dans les années 80 ou Lambarena (d’après Bach) dans les années 90, on n’a pas encore découvert Pierre Akendengue à la mesure de son vrai et grand talent. Profitons-en : ce nouvel album, Gorée, est l’un de ses meilleurs.

Autres albums de l'artiste

Destinée

Destinée
12.00 €

Vérité d'Afrique

Vérité d'Afrique - Pierre Akendengue 2008 - CD, ALBUM VPC, musique du monde, lusafrica
12.00 €
LUSAFRICA 115 Rue Lamarck 75018 PARIS - lusafrica@lusafrica.com

LUSAFRICA

ACTUS & PRESSE

CONCERTS

ARTISTES

ALBUMS

CONTACT

Nos coordonnées


Flux RSS/ATOM

:

Artistes LUSAFRICA

-

Albums LUSAFRICA

-

Concerts

Lucibela

:

Laço Umbilical


Bonga

:

Recados de Fora

-

Angola 72

-

Angola 74

-

Angola 72 / 74

-

Hora Kota

-

Bairro

-

Best of Bonga

-

Maiorais

-

Kaxexe


Boubacar Traore

:

Dounia Tabolo

-

Mbalimaou

-

Mali Denhou

-

Je chanterai pour toi

-

Kongo magni


Cesaria Evora

:

Cesaria Evora / Carnaval de Mindelo - EP

-

Cesaria Evora Greatest Hits

-

Mãe Carinhosa

-

Cesaria Evora & ...

-

Miss Perfumado

-

Nha Sentimento

-

Radio Mindelo

-

Rogamar

-

Voz d'amor

-

Mar Azul

-

Café Atlantico

-

Best of

-

Césaria

-

Miss Perfumado

-

Cabo verde

-

Sao Vicente

-

La diva aux pieds nus

-

Distino di belita

-

Club sodade

-

Cesaria Evora Live in Paris

-

Cesaria Evora Live d'Amor


Djénéba & Fousco

:

Kayeba Khasso


ELIDA ALMEIDA

:

Kebrada

-

Ora doci Ora margos

-

Djunta Kudjer - EP


Lura

:

Herança

-

Best of Lura CD/DVD

-

M'bem di fora

-

Di korpu ku alma


Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême


Nancy Vieira

:

No Amá


Pierre Akendengue

:

Destinée

-

Vérité d'Afrique

-

Gorée


Polo Montañez


Teofilo Chantre

:

Mestissage

-

Viaja


Boulpik

:

Konpa Lakay


Black Bazar

:

Round 2

-

Black Bazar


Jenifer Solidade

:

Um Click


Sia Tolno

:

African Woman

-

Eh Sanga

-

My Life


Neuza

:

Flor di Bila


Dino D'Santiago

:

Eva


Zé Luis

:

Serenata


G'Ny

:

Libèté


Ceuzany

:

Ilha d'Melodia

-

Nha Vida


Oliver N'Goma

:

Oliver N'Goma Best Of Clips

-

Saga

-

Bane

-

Adia

-

Best Of


Cubanito

:

My World

-

Tocame

-

Soy Cubanito


Fode Baro

:

La vérité

-

Liberation


Sékouba Bambino

:

Innovation


Mario Lucio

:

Kreol

-

Badyo


Ildo Lobo

:

Incondicional

-

Nos morna

-

Intelectual


Tito Paris


Orquesta Aragon

:

The 70th anniversary album

-

En route

-

Quien sabe sabe

-

Best of The Lusafrica Years


Mounira Mitchala

:

Chili Houritki


Afrolove/Kizomba/Special


Bau

:

Plays Vasco Martins

-

Café Musique

-

Capverdean melancholy


Jey Liba

:

Odyssée


Tcheka

:

Dor de mar

-

Nu monda

-

Longi

-

Argui


Dj Arafat

:

Commandant Zabra


Princezito

:

Spiga


African Music Anthology


Luis Morais


Hasna el becharia

:

Smaa smaa


Cordas do sol

:

Lume d'lenha

-

Terra de sodade


Compilation

:

Mornas de Cabo Verde

-

Kanta Cabo Verde

-

African Guitars Anthology

-

African Music Anthology

-

African Rhythms Anthology

-

African Voices Anthology

-

ILCV PARTY

-

Kizomba Afro Latino

-

Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême

-

Afrolove/Kizomba/Special


Jorge Humberto

:

Ar de nha terra


Leyanis Lopez

:

Corazon presumido


Boy ge mendes

:

Noite de Morabeza

-

Best of


Tania Libertad

:

Costa Negra

-

Negro Color


Fantcha


Gil Semedo

:

Cabopop


La MC

:

Fidju Di Kriolu

-

Nos pobreza ke nos rikesa


Ferro Gaita

:

Rei di funana


Meiway

:

« M20 », le DVD

-

DVD Meiway en concert a l'Elysée Montmartre

-

Professeur

-

M20

-

Golgotha


Maria Alice


Tiolino


Anacaona

:

Lo que tu esperabas


Isaac Delgado

:

Prohibido


Osdalgia

:

La Culebra


Chiwoniso


Dona Ivone Lara

:

Sempre a cantar


Kompass

:

Jardin tropical


Voz de cabo verde


Ballou Canta et Luciana

:

Rumba lolango


Zao


Kapa Dêch


Sally Nyolo

:

Zaïone


Las primeras

:

Papi no te quiero


Djalunga


King kester emeneya

:

Nouvel Ordre


Septeto habanero

:

Celebrando sus 80 anos


Zêdess


Maxima Alerta

:

Llegaron los alertas


Silita


Tipico Oriental


Idrissa Soumaoro

:

Djitoumou


Constantino cardoso

:

Um estoria d'mindel


Medhy Custos

:

Dis Moi Zouk by Médhy Custos


Roberto Isaias

:

Lalany


50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire

:

50 ans d'indépendance musicale de la Côte d'Ivoire


Rui Lima

:

Ser feliz


Nany Vaz

:

L'amour


Jacqueline Fortes

:

Terra d'nhas gente


Vasco Martins

:

Li sin


La nuit du Cap-Vert au Zenith

:

La nuit du Cap-Vert au Zenith


Djelimady Tounkara

:

Solon kôno


Mark G.

:

Mark G. and the Heavy Hitters


Ivoir feeling

:

Ivoir Feeling - volume 8

-

Ivoir Feeling - volume 9


Mizikopeyi

:

Ka wouvé zel-li