Inscrivez-vous à la


RECHERCHE


ALBUMS : RECHERCHE GUIDEE
NOUVEAUTE

Cesaria Evora / Carnaval de Mindelo - EP

Cesaria Evora / Carnaval de Mindelo - EP
ECOUTER
MEILLEURES VENTES
1. ELIDA ALMEIDA
Kebrada
12,00 €
2. Bonga
Angola 72
20,00 €
3. ELIDA ALMEIDA
Ora doci Ora margos
12,00 €
Affiner votre recherche :
Share/Bookmark
Fiche technique Photos Recommander la page

Hasna el becharia

Smaa smaa


Hasna El Bécharia est une exception. Elle reste la seule femme du Maghreb à jouer de la musique gnawi, un rythme de cérémonie pratiqué exclusivement par les hommes, depuis que les croyances animistes du bilad es-Soudan, (en arabe, le pays des Noirs - la Guinée, le Sénégal, le Mali, le Niger, le Tchad actuels), ont rencontré la foi monothéiste de l'islam venue de l'autre côté du désert. Cela lui a valu bien d'exclusions, de sarcasmes. Mais Hasna ne put extirper de sa tête, de son âme ce tempo obsédant, cette transe mystique acquise auprès de son père, homme pieux et lui-même maâllem, maître du syncrétisme gnawi (gnawa au pluriel), ce soufisme noir forgé par les descendants des esclaves sub-sahariens en Afrique blanche, qu'on appelle aussi diwan dans l'Est algérien ou stambali en Tunisie. Tout Maghrébin a entendu plus d'une fois, le swing entêtant de ce vaudou musulman scandé par le guembri, une basse archaïque à trois cordes en boyau traditionnellement, et les qraqeb, qarqabou, crotales, grandes castagnettes en métal, animant toute une lila, nuit, pour délivrer les hommes et les femmes de leurs tourments, chasser les djinns qui les déchirent, s'allier les mlouk, les esprits qui les possèdent.

Hasna El Bécharia, elle, est restée possédée par cette musique extatique qu'elle compose sur un guembri, une guitare acoustique ou électrique - le rock est aussi passé en Algérie dès la fin des années 50. On dit que Hasna a adopté la guitare électrique pour mieux se faire entendre pendant les concerts où le public couvrait sa voix en reprenant ses chansons. Elle a aussi étalé son registre à des genres plus profanes, populaires où la dévotion n'est jamais loin, à l'exemple de cet album imprégné par le culte et le don de soi. Hasna se donne entièrement à la spiritualité, une ferveur accomplie dans un langage contemporain. Elle approfondit son style, entamé dès 2002 avec son premier disque, DjazaïrJohara (Algérie pierre précieuse), réalisé à sa cinquantaine à Paris et bien accueilli, après s'être installée en France en venant d'Algérie en janvier 1999 dans le cadre du festival Femmes d'Algérie au Cabaret Sauvage, révélateur aussi de la jeune Algéroise Souad Massi. Hasna quitte ainsi définitivement un pays natal obscurci par la guerre bestiale et confuse entre les islamistes armés et l'armée des généraux qui ont confisqué les richesses d'une terre prometteuse à peine libérée du colonialisme français en 1962.


Hasna El Bécharia, comme son pseudo l'indique, est née à Béchar (anciennement Colomb-Béchar), métropole stratégique du Sahara algérien, ville de garnison dès l'occupation française, à un appel de muezzin de la frontière marocaine, carrefour entre les deux Afrique, à un millier de kilomètres de la Méditerranée.

Hasna n'y grandit pas comme les autres femmes. Elle est folle de musique et aime les pauvres, les exclus. Elle accueille les épouses jetées avec leurs enfants dans la rue par des maris en quête de nouvelle vie et confortés par un « code de la famille » ignominieux. Hasna, elle, se sent libre, sort le soir, fréquente les marginaux, dans une ville de province percluse de traditions étouffantes, écrasée par le qu'en-dira-t-on. El Bécharia n'en n'a cure et vit sa vie de femme sans entrave, pratiquant sa musique selon son envie, menant son train de vie comme elle l'entend. Dès 1972, les autres femmes lui font appel pour animer les fiançailles et les fêtes de mariages de leur progéniture, admiratrices muettes et secrètement envieuses de cette vie courageuse, sans concessions. Elle est accompagnée par trois copines aux chants et percussions. Ses paroles soufflent le sable sur le rigorisme hypocrite, sa musique renverse les rigueurs de la tradition. Déjà qu'une femme jouant de la guitare électrique constitue au Maghreb chose rarissime, presque perturbante. Une singularité que Hasna El Bécharia double par son insoumission au conservatisme des hommes tout en assénant son mysticisme, son invocation des walis, marabouts, saints de l'islam populaire implorés surtout par les femmes pour alléger leur quotidien. Tout au long de ce nouveau disque, Hasna prie la grâce de ces sidi, monseigneurs, aux noms évocateurs, El Bachir, Ben Bouziane, Abdel Rahman, Abdallah, Abdallah Ben Aïssa (Jésus), Moussa (Moïse), Moulay Ibrahim (Abraham), sans oublier Bilal, l'Abyssin, esclave affranchi par le Prophète, premier muezzin de l'islam et saint patron de tous les gnawa.

Hasna chante d'une voix paisible, grave, presque mâle cet album où le rythme gnawi reste puissant et fusionne avec les deux styles chaâbis (populaires). Deux genres des pays qui font la culture de la région de Béchar, Algérie et Maroc. Une douzaine de chansons ponctuées souvent par une guitare cristalline, un violon gémissant, une composition moderniste qui valorise et actualise un art ancestral. La transe de Hasna mêle aussi dans un même élan deux passions, l'ardeur divine et l'amour terrestre puisque, chez les soufis, l'adulation des êtres est aussi adoration de leur Créateur.

Dès l'entame de cet album, Hasna El Bécharia chante « Ecoute, écoute / Il y a de quoi entendre ». Il faut écouter sa providentielle invitation.
 

LUSAFRICA 115 Rue Lamarck 75018 PARIS - lusafrica@lusafrica.com

LUSAFRICA

ACTUS & PRESSE

CONCERTS

ARTISTES

ALBUMS

CONTACT

Nos coordonnées


Flux RSS/ATOM

:

Artistes LUSAFRICA

-

Albums LUSAFRICA

-

Concerts

Lucibela

:

Laço Umbilical


Bonga

:

Recados de Fora

-

Angola 72

-

Angola 74

-

Angola 72 / 74

-

Hora Kota

-

Bairro

-

Best of Bonga

-

Maiorais

-

Kaxexe


Boubacar Traore

:

Dounia Tabolo

-

Mbalimaou

-

Mali Denhou

-

Je chanterai pour toi

-

Kongo magni


Cesaria Evora

:

Cesaria Evora / Carnaval de Mindelo - EP

-

Cesaria Evora Greatest Hits

-

Mãe Carinhosa

-

Cesaria Evora & ...

-

Miss Perfumado

-

Nha Sentimento

-

Radio Mindelo

-

Rogamar

-

Voz d'amor

-

Mar Azul

-

Café Atlantico

-

Best of

-

Césaria

-

Miss Perfumado

-

Cabo verde

-

Sao Vicente

-

La diva aux pieds nus

-

Distino di belita

-

Club sodade

-

Cesaria Evora Live in Paris

-

Cesaria Evora Live d'Amor


Djénéba & Fousco

:

Kayeba Khasso


ELIDA ALMEIDA

:

Kebrada

-

Ora doci Ora margos

-

Djunta Kudjer - EP


Lura

:

Herança

-

Best of Lura CD/DVD

-

M'bem di fora

-

Di korpu ku alma


Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême


Nancy Vieira

:

No Amá


Pierre Akendengue

:

Destinée

-

Vérité d'Afrique

-

Gorée


Polo Montañez


Teofilo Chantre

:

Mestissage

-

Viaja


Boulpik

:

Konpa Lakay


Black Bazar

:

Round 2

-

Black Bazar


Jenifer Solidade

:

Um Click


Sia Tolno

:

African Woman

-

Eh Sanga

-

My Life


Neuza

:

Flor di Bila


Dino D'Santiago

:

Eva


Zé Luis

:

Serenata


G'Ny

:

Libèté


Ceuzany

:

Ilha d'Melodia

-

Nha Vida


Oliver N'Goma

:

Oliver N'Goma Best Of Clips

-

Saga

-

Bane

-

Adia

-

Best Of


Cubanito

:

My World

-

Tocame

-

Soy Cubanito


Fode Baro

:

La vérité

-

Liberation


Sékouba Bambino

:

Innovation


Mario Lucio

:

Kreol

-

Badyo


Ildo Lobo

:

Incondicional

-

Nos morna

-

Intelectual


Tito Paris


Orquesta Aragon

:

The 70th anniversary album

-

En route

-

Quien sabe sabe

-

Best of The Lusafrica Years


Mounira Mitchala

:

Chili Houritki


Afrolove/Kizomba/Special


Bau

:

Plays Vasco Martins

-

Café Musique

-

Capverdean melancholy


Jey Liba

:

Odyssée


Tcheka

:

Dor de mar

-

Nu monda

-

Longi

-

Argui


Dj Arafat

:

Commandant Zabra


Princezito

:

Spiga


African Music Anthology


Luis Morais


Hasna el becharia

:

Smaa smaa


Cordas do sol

:

Lume d'lenha

-

Terra de sodade


Compilation

:

Mornas de Cabo Verde

-

Kanta Cabo Verde

-

African Guitars Anthology

-

African Music Anthology

-

African Rhythms Anthology

-

African Voices Anthology

-

ILCV PARTY

-

Kizomba Afro Latino

-

Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême

-

Afrolove/Kizomba/Special


Jorge Humberto

:

Ar de nha terra


Leyanis Lopez

:

Corazon presumido


Boy ge mendes

:

Noite de Morabeza

-

Best of


Tania Libertad

:

Costa Negra

-

Negro Color


Fantcha


Gil Semedo

:

Cabopop


La MC

:

Fidju Di Kriolu

-

Nos pobreza ke nos rikesa


Ferro Gaita

:

Rei di funana


Meiway

:

« M20 », le DVD

-

DVD Meiway en concert a l'Elysée Montmartre

-

Professeur

-

M20

-

Golgotha


Maria Alice


Tiolino


Anacaona

:

Lo que tu esperabas


Isaac Delgado

:

Prohibido


Osdalgia

:

La Culebra


Chiwoniso


Dona Ivone Lara

:

Sempre a cantar


Kompass

:

Jardin tropical


Voz de cabo verde


Ballou Canta et Luciana

:

Rumba lolango


Zao


Kapa Dêch


Sally Nyolo

:

Zaïone


Las primeras

:

Papi no te quiero


Djalunga


King kester emeneya

:

Nouvel Ordre


Septeto habanero

:

Celebrando sus 80 anos


Zêdess


Maxima Alerta

:

Llegaron los alertas


Silita


Tipico Oriental


Idrissa Soumaoro

:

Djitoumou


Constantino cardoso

:

Um estoria d'mindel


Medhy Custos

:

Dis Moi Zouk by Médhy Custos


Roberto Isaias

:

Lalany


50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire

:

50 ans d'indépendance musicale de la Côte d'Ivoire


Rui Lima

:

Ser feliz


Nany Vaz

:

L'amour


Jacqueline Fortes

:

Terra d'nhas gente


Vasco Martins

:

Li sin


La nuit du Cap-Vert au Zenith

:

La nuit du Cap-Vert au Zenith


Djelimady Tounkara

:

Solon kôno


Mark G.

:

Mark G. and the Heavy Hitters


Ivoir feeling

:

Ivoir Feeling - volume 8

-

Ivoir Feeling - volume 9


Mizikopeyi

:

Ka wouvé zel-li