Inscrivez-vous à la


RECHERCHE


ALBUMS : RECHERCHE GUIDEE
NOUVEAUTE

Eva

Eva - Dino d'Santiago - album musiques du monde - VPC - Lusafrica
ECOUTER
MEILLEURES VENTES
1. Cordas do sol
Terra de sodade
12,00 €
2. Neuza
Flor di Bila
12,00 €
3. Boulpik
Konpa Lakay
12,00 €
Affiner votre recherche :
Share/Bookmark
Fiche technique Photos Recommander la page

Bonga

Hora Kota

Hora Kota, l’heure des sages… Bonga publie son trentième album, le cinquième chez Lusafrica, avec onze nouvelles chansons impeccables pour dresser l’état du pays, cet Angola qui l’a vu naître, qu’il a retrouvé après en avoir été longtemps éloigné. Bonga est un homme carré, il a les épaules larges. Il sait s’arc-bouter dans la résistance. C’est pour cela que Bernard Lavilliers l’aime, pour sa voix éraillée et pour la justesse de son blues – l’album comprend deux bonus, deux duos, Angola, publié par le Stéphanois dans Causes perdues et musiques tropicales, et Dikanga avec Agnès Jaoui.

L’Angola se reconstruit. Bonga a renoué les liens qui l’attachent aux gens, « la négritude de la famille liée par le cœur » (Lelu) ; il les implore de ne jamais ignorer d’où ils viennent afin de comprendre où ils vont (Fontinhas, en hommage au musicien Malé Fontes Pereira, Zona Bué, DJ Marado…). De Luanda, il aime la joie des rues, le carnaval et cette « fina flor da confusao », la crème du chahut. Il en souligne également les navrantes inégalités (Kambua, chiens de riches choyés et chiens de pauvre sans pitance, Kapetas, les privilégiés).

On retiendra également que Bonga vient de créer avec le titre Boto Boto, l’internationale du haricot, trait d’union du monde lusitanien : haricot noir de la feijoada brésilienne, le makunde pour la farine d’Angola, le blanc de la catchupa cap-verdienne, le haricot curé du Portugal, etc. Betinho Feijo est aux guitares, Juvenio Cabral à la basse, Malauia aux percussions. Bonga chante, et joue de la dikanza, une sorte de reco-reco très long frotté à la baguette. Avec l’accordéon et la guitare voilà qui sonne joyeux comme une Fête de la Saint-Jean, mélancolique comme un air d’exil sud-américain, offensif aussi.

L’Angola est un eldorado : il a tout, du pétrole, du gaz, des diamants, des eaux poissonneuses…. Mais trente-sept ans de guerre civile l’ont mis sur le flanc et en ont fait le terrain de jeu des stratèges et des corrompus. A peine sorti d'une guerre de libération nationale contre le Portugal, le pays choisit le marxisme en 1975, à son indépendance. Il s’enfonce alors dans un combat fratricide : d'un côté, le Mouvement pour la libération de l'Angola (MPLA), parti créé par le héros de l'indépendance, Agostinho Neto (1922-1979), soutenu par les Soviétiques et les Cubains. De l'autre, l'Union pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), mené par Jonas Savimbi (1934-2002), qui servait les intérêts de l'Afrique du Sud de l'apartheid et des Etats-Unis. Arrivé au pouvoir en 1979, le président José Eduardo Dos Santos est en passe de battre le record de durée au palmarès mondial des chefs d’Etat.

Ce rappel historique n’est pas vain, car ce champ de bataille politique a été la toile de fond de la carrière de José Adelino Barcelo de Carvalho, dit Bonga, né en 1943 à Kipri, dans la périphérie de la capitale, Luanda. Cette voix abrasive, grave, unique, cet incomparable feeling, ne sont pas tombés du ciel : ils ont été nourris, travaillés de Luanda à Lisbonne, et jusqu’au port de Rotterdam, avec ses marins cap-verdiens, ses vagues à l'âme transatlantiques. Né de mère zaïroise, le flegmatique et néanmoins exigeant chanteur, auteur, compositeur porte en lui le son de l’Angola moderne, alliant le terreau rythmique africain avec la ballade, un mariage qui a d’ailleurs fait le succès planétaire des musiques de l'espace lusophone.

Dans les années 1950, l'Angolais Carlos Liceu Vieira et le groupe Ngola Ritmos avaient cherché un style urbain, sans se détourner des musiques paysannes rituelles (le semba, exporté au Brésil avec les cargaisons d'esclaves bantous) ou festives (le kazutuka, du carnaval de Luanda). Les gammes occidentales ont été introduites dans les instruments pentatoniques tels que les marimbas, qui jouent en cercles répétitifs.
Dans la banlieue de Luanda, apparaît ce mouvement africaniste. José Adelino prend le nom de Bonga Kuenda. Il rejoint la formation de son père accordéoniste, musicien de rebita, le style des pêcheurs de l’Ilha do Cabo (qui ferme la Baie de Luanda), et fonde Kissueia (« la misère des quartiers pauvres » en kimbundu), un groupe où le commentaire de la situation coloniale passe par des formes ancestrales, détestées des Portugais.

En 1959, à l'issue du « procès des cinquante », des artistes, dont Carlos Vieira, et des intellectuels opposés au Portugal salazariste, sont déportés au Cap-Vert et emprisonnés au bagne de Tarrafal. Bonga est leur héritier. Champion du Portugal du 400 mètres, l’athlétique Bonga s'engage dans la lutte pour l'indépendance après avoir rejoint les rangs du club sportif Benfica de Lisbonne. Subissant les foudres de la PIDE, police politique portugaise, il s'exile en Hollande en 1966, à Rotterdam, où vit une forte communauté cap-verdienne. Réfugié politique, et à ce titre contraint d'abandonner la compétition, Bonga passe à la musique : l’album Angola 72 fut l'un des premiers grands succès de la « sono mondiale », en 1972. La ballade Mona Ki Ngi Xica (1972) demeure un modèle de blues luso-africain, à l'instar de Sôdade, le succès de Cesaria Evora que Bonga chanta dès 1974.

La Hollande, Paris, la Belgique, Lisbonne : Bonga vit partout. Et partout, on le reconnaît à son supplément d’âme. Hora Kota n’est pas fait pour les « doutores », ces notables à qui le peuple soumis a donné uniformément le nom de « docteur ». Il est fait pour soulager les bleus à l’âme.

Autres albums de l'artiste

Bairro

Bairro-Bonga-Angola-cd-album-vpc-musiques du monde-lusafrica
12.00 €

Best of Bonga

Bonga,angola,musique du monde,lusafrica
13.00 €

Maiorais

Maiorais - Bonga 2005 - CD,musique du monde, album, lusafrica
12.00 €

Kaxexe

Kaxexe - Bonga - CD, albums musique du monde, lusafrica
12.00 €

Mulemba xangola

Mulemba xangola - Bonga - CD, albums musique du monde, lusafrica
12.00 €
LUSAFRICA 115 Rue Lamarck 75018 PARIS - lusafrica@lusafrica.com

LUSAFRICA

ACTUS & PRESSE

CONCERTS

ARTISTES

ALBUMS

CONTACT

Nos coordonnées


Flux RSS/ATOM

:

Artistes LUSAFRICA

-

Albums LUSAFRICA

-

Concerts

Bau

:

Plays Vasco Martins

-

Café Musique

-

Capverdean melancholy

-

Ilha azul

-

Silencio


Black Bazar

:

Black Bazar

-

Round 2


Bonga

:

Hora Kota

-

Angola 72 / 74 (Digital)

-

Bairro

-

Best of Bonga

-

Maiorais

-

Kaxexe

-

Mulemba xangola


Boulpik

:

Konpa Lakay


Cesaria Evora

:

Mãe Carinhosa

-

Miss Perfumado

-

Cesaria Evora & ...

-

Nha Sentimento

-

Radio Mindelo

-

Rogamar

-

Voz d'amor

-

Mar Azul

-

Café Atlantico

-

Best of

-

Césaria

-

Miss Perfumado

-

Cabo verde

-

Sao Vicente

-

Sodade, o melhor

-

La diva aux pieds nus

-

Distino di belita

-

Club sodade

-

Cesaria Evora Live in Paris

-

Cesaria Evora Live d'Amor


Ceuzany

:

Nha Vida


G'Ny

:

Libèté


Mounira Mitchala

:

Chili Houritki


Nancy Vieira

:

No Amá


Dino D'Santiago

:

Eva


Neuza

:

Flor di Bila


Cubanito

:

My World

-

Tocame

-

Soy Cubanito


Ivoir feeling

:

Ivoir Feeling - volume 8

-

Ivoir Feeling - volume 9


African Music Anthology

:

African Music Anthology

-

African Guitars Anthology

-

African Rythmes Anthology

-

African Voices Anthology


Jey Liba

:

Odyssée


Lura

:

Best of Lura CD/DVD

-

M'bem di fora

-

Di korpu ku alma

-

Eclipse


Zé Luis

:

Serenata


Boubacar Traore

:

Mali Denhou

-

Kongo magni


Tcheka

:

Dor de mar

-

Nu monda

-

Longi

-

Argui


Pierre Akendengue

:

Destinée

-

Vérité d'Afrique

-

Gorée


Sékouba Bambino

:

Innovation


Sia Tolno

:

Eh Sanga

-

My Life


Dj Arafat

:

Commandant Zabra


Princezito

:

Spiga


Luis Morais


Mario Lucio

:

Kreol

-

Badyo


Mizikopeyi

:

Ka wouvé zel-li


Teofilo Chantre

:

Mestissage

-

Viaja


Hasna el becharia

:

Smaa smaa


Cordas do sol

:

Lume d'lenha

-

Terra de sodade


Compilation

:

Afrolove/Kizomba/Special

-

ILCV PARTY

-

Kizomba Afro Latino


Jorge Humberto

:

Ar de nha terra, label musiques du monde, cap-vert, lusafrica


Leyanis Lopez

:

Corazon presumido


Oliver N'Goma

:

Oliver N'Goma Best Of Clips

-

Saga

-

Bane

-

Adia

-

Best Of


Boy ge mendes

:

Noite de Morabeza

-

Best of


Fode Baro

:

La vérité

-

Liberation


Tania Libertad

:

Costa Negra

-

Negro Color


Fantcha


Gil Semedo

:

Cabopop


La MC

:

Fidju Di Kriolu

-

Nos pobreza ke nos rikesa


Orquesta Aragon

:

The 70th anniversary album

-

En route

-

Quien sabe sabe

-

Best of The Lusafrica Years


Ferro Gaita

:

Rei di funana


Meiway

:

« M20 », le DVD

-

DVD Meiway en concert a l'Elysée Montmartre

-

Professeur

-

M20

-

Golgotha


Ildo Lobo

:

Incondicional

-

Nos morna

-

Intelectual


Maria Alice


Tiolino


Anacaona

:

Lo que tu esperabas


Isaac Delgado

:

Prohibido


Osdalgia

:

La Culebra


Chiwoniso


Dona Ivone Lara

:

Sempre a cantar


Kompass

:

Jardin tropical


Tito Paris


Voz de cabo verde

:

Voz de Cabo Verde Live


Ballou Canta et Luciana

:

Rumba lolango


Polo Montañez

:

Guajiro Natural

-

Guitarra mia

-

Memoria


Zao


Kapa Dêch


Sally Nyolo

:

Zaïone


Las primeras

:

Papi no te quiero


Djalunga


King kester emeneya

:

Nouvel Ordre


Septeto habanero

:

Orgullo de los soneros

-

Celebrando sus 80 anos


Zêdess


Maxima Alerta

:

Llegaron los alertas


Silita


Tipico Oriental


Idrissa Soumaoro

:

Djitoumou


Constantino cardoso

:

Um estoria d'mindel


Medhy Custos

:

Dis Moi Zouk by Médhy Custos


Roberto Isaias

:

Lalany


50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire

:

50 ans d'indépendance musicale de la Côte d'Ivoire


Rui Lima

:

Ser feliz


Nany Vaz

:

L'amour


Jacqueline Fortes

:

Terra d'nhas gente


Vasco Martins

:

Li sin


La nuit du Cap-Vert au Zenith

:

La nuit du Cap-Vert au Zenith


Djelimady Tounkara

:

Solon kôno


Mark G.

:

Mark G. and the Heavy Hitters