Inscrivez-vous à la


RECHERCHE


ALBUMS : RECHERCHE GUIDEE
NOUVEAUTE

Herança

herança-lura-cap-vert-cd-album-vpc-musiques du monde- lusafrica
ECOUTER
MEILLEURES VENTES
1. Nancy Vieira
No Amá
12,00 €
2. ELIDA ALMEIDA
Kebrada
12,00 €
3. ELIDA ALMEIDA
Ora doci Ora margos
12,00 €
Affiner votre recherche :
Share/Bookmark
Recommander la page

Zêdess


ZÊDESS biographie

Bob Marley dit que le reggae est «un véhicule pour transmettre aux peuples du monde un message de rédemption.» Le message de Zêdess est plus souriant que celui de Bob - il n’a pas le même vécu, il n’est pas un esclave déraciné mais un fils de l’Afrique – mais, comme pour Marley, ses textes, incontestablement, font sa force. Les Wailers nous faisaient «gémir», Zêdess nous fait rire. Rire de nos portables envahissants («à la mosquée, on ne dit plus Allah on dit Allo»), rire de la tronche des Parisiens dans le métro, rire de l’impudence du moustique («j’ai un ziin sur mon bangala!»), rire avec les anciens («un vieux assis voit plus loin qu’un jeune debout»)...

Parfois la colère pointe lorsque Zêdess parle de Bush, de Sarkozy, des enfants abusés ou des malades du sida délaissés par leurs amis, mais au détour des mots l’optimisme jaillit, comme malgré lui, ce merveilleux optimisme qui tient en échec tous les clichés - catastrophes dont on accable l’Afrique. Au moment le plus grave, Zêdess trouve encore le moyen de nous faire pouffer - «Quand la barbe brûle le menton ne doit pas rire!» - et c’est là, peut-être, le secret  de la rédemption: savoir que l’homme est maître de son destin, et garder «le soleil sur son visage»... Comme au village !

(Helen Lee)

 

 

Zongo Seydou, alias Zêdess, a enregistré son premier titre en 1990, pour le deuxième album de l’Orchestre de l’Université de Ouagadougou (OUO).  Mais c’est en 1992, avec sa première cassette intitulée Y’A Plus De Boulot qu’il va vraiment faire parler de lui.  Zêdess y raconte la galère des jeunes Burkinabés, et il fait mouche. C’est le début d’une ouverture au Burkina, les radios fleurissent sur la bande FM, les journaux satiriques apparaissent dans les kiosques, et Zêdess s’engouffre dans la brèche…

 

En 1995, il récidive avec Embouteillage enregistré à Abidjan, une cassette qui raconte avec humour la vie ouagalaise et qui dénonce les vices des sociétés africaines modernes.  Il devient le chanteur le plus populaire du pays, et fait en 96 une tournée à guichets fermés dans toutes les grandes villes du Burkina.  Pour la jeunesse, il incarne un nouvel espoir.  Il s’ouvre également les portes des grandes radios internationales qui diffusent sur le continent et sa popularité commence à dépasser les frontières du Burkina. 

 

La musique de Zêdess allie le reggae, avec son langage international, au folklore burkinabé et ses rythmes traditionnels warba ou wiré.  Ce mélange lui permet de toucher le public le plus vaste: les jeunes, amateurs de reggae, et les plus anciens. La langue a aussi pour Zêdess beaucoup d’importance: s’il choisit le Français, c’est aussi pour élargir son public.  Ses paroles sont la première raison de son succès. Des textes dans lesquels les gens reconnaissent leur quotidien, les problèmes de fin de mois, les bagarres avec une administration tatillonne, les amours compliqués…  Pour raconter l’histoire de ses compatriotes, Zêdess se fait tour à tour satirique et moralisateur, car il croit au rôle du chanteur – griot moderne - pour transformer patiemment la société dans laquelle il vit.

 

En 1997 il sort la troisième cassette Où Allons-Nous?. Zêdess poursuit dans la même veine contestataire.  Les titres Directeur Voleur et Abus d’Autorité dénoncent la corruption et les séquelles de la colonisation qui ont engendré des régimes pas tout à fait démocratiques.  Mon Voisin Est Un Con aborde un thème de société plus large pour ne pas dire universel! L’année suivante, le label Lusafrica propose à Zêdess de réunir ses meilleurs titres remixés sur un album.  Une des chansons du CD est produite à la demande de Handicap International, qui souhaite impliquer des artistes dans son combat contre les mines antipersonnel.

Après une tournée en été 1999 en Europe, Zêdess sort, en septembre 2000, son deuxième album “international“ Accroche-Toi.  Dans ce disque Zêdess porte toujours son regard lucide / amer mais néanmoins plein de tendresse et d’humour sur ses contemporains, d’où qu’ils viennent.  Il suffit d’écouter le titre La France Comme Une Mobylette,  sur lequel Zêdess “épingle“ joyeusement la société française, pour se persuader qu’il mérite bien sa réputation de “poil à gratter“.

En 2003, Zêdess figure avec le titre Cadeau Empoisonné dans l’album Drop The Debt aux côtés d’artistes tels que Cesaria Evora, Tiken Jah Fakoly, Lokua Kanza… Un projet qui vise à soutenir l’annulation de la dette du Tiers-Monde.

 

Partageant sa vie entre le Burkina Faso et Bruxelles, où il réside, Zêdess répète qu’il retourne souvent au bled pour prendre des leçons de vie parmi les siens au milieu de ces gens qui, avec moins d’un euro par jour, gardent le sourire. Et c’est à Ouagadougou, en 2005, que Zêdess organise la sortie de son nouvel album, Sagesse Africaine. Un nouveau cru qui allie amusements, rires et gravité.  Fidèle à sa réputation, il nous propose des thèmes qui nous concernent tous en ce début de troisième millénaire. Les titres parlent d’eux-mêmes: Licenciement, Moi, Bush!, Solidarité, Enfance Volée, car pour Zêdess la musique est un cinquième pouvoir qui peut jouer le rôle de conscientisation et combattre l’ignorance, la première arme de destruction massive.  Ces titres alternent avec des thèmes plus légers traités avec l’humour qui fait sa marque:  Prisonnier Du Portable, Souriez Parisiens, Le Surfactureur… Pour cet album, intégralement autoproduit en Belgique, l’artiste s’entoure de ”gros calibres” qui viennent l’épauler sans hésiter: la Malienne Mama Kouyaté, l’Ivoirien Meiway, les Français de Massilia Sound System ou les Belges de Starflam, l’Algérienne Farida ainsi que la vedette Ivoiro-Burkinabè Madina.

Pourtant l’album ne sort pas en Europe. Alors que Zêdess se démène pour faire exister son disque en le vendant lui-même sur Internet ou à la fin de ses concerts, il est choqué par les propos que tient Nicolas Sarkozy sur l’immigration choisie et sur le voyage que celui-ci organise ensuite en Afrique pour expliquer son discours. En quelques jours Zêdess écrit le texte de Un Hongrois chez les Gaulois, l’enregistre puis emprunte de l’argent à des amis fidèles pour aller tourner un clip à Ouaga. En Afrique, où les propos du Ministre de l’Intérieur de la République Française ont été jugés insultants par les petites gens comme par les élites, le titre est colporté de radio en radio. Dès sa parution en Décembre 2006, le clip se propage sur Internet à la vitesse de l’éclair, suscitant un intérêt inhabituel pour un artiste africain. Zêdess recontacte alors Lusafrica, un peu avant Noël, pour faire sortir son album Sagesse Africaine augmenté du titre polémique Un Hongrois chez les Gaulois. Puis il repart à Ouaga où, tous les ans, il organise en janvier un festival de musique. Submergé de messages sur son portable ou son adresse email, il répond aux questions des média français, belges, africains, suisse ou italiens, aux encouragements de citoyens lambda, aux propositions d’associations diverses, en ayant toujours un œil sur l’organisation de son festival. Pour sortir de ses problèmes, l’Afrique doit prendre son destin en main, et ne plus attendre que d’autres décident pour elle. Zêdess a pris le sien à bras le corps.

 

 

Discographie

« Où allons-nous ?» CD Blanc d’Ebene / Lusafrica 262732

« Accroche Toi» CD Lusafrica 362282

« Sagesse Africaine » CD Yennenga Productions / Lusafrica 462852


LUSAFRICA 115 Rue Lamarck 75018 PARIS - lusafrica@lusafrica.com

LUSAFRICA

ACTUS & PRESSE

CONCERTS

ARTISTES

ALBUMS

CONTACT

Nos coordonnées


Flux RSS/ATOM

:

Artistes LUSAFRICA

-

Albums LUSAFRICA

-

Concerts

Bonga

:

Recados de Fora

-

Angola 72 / 74

-

Hora Kota

-

Bairro

-

Best of Bonga

-

Maiorais

-

Kaxexe


Boubacar Traore

:

Mbalimaou

-

Mali Denhou

-

Je chanterai pour toi

-

Kongo magni


Cesaria Evora

:

Cesaria Evora Greatest Hits

-

Mãe Carinhosa

-

Cesaria Evora & ...

-

Miss Perfumado

-

Nha Sentimento

-

Radio Mindelo

-

Rogamar

-

Voz d'amor

-

Mar Azul

-

Café Atlantico

-

Best of

-

Césaria

-

Miss Perfumado

-

Cabo verde

-

Sao Vicente

-

La diva aux pieds nus

-

Distino di belita

-

Club sodade

-

Cesaria Evora Live in Paris

-

Cesaria Evora Live d'Amor


ELIDA ALMEIDA

:

Ora doci Ora margos

-

Djunta Kudjer - EP

-

Kebrada


Lura

:

Herança

-

Best of Lura CD/DVD

-

M'bem di fora

-

Di korpu ku alma


Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême


Nancy Vieira

:

No Amá


Pierre Akendengue

:

Destinée

-

Vérité d'Afrique

-

Gorée


Polo Montañez


Teofilo Chantre

:

Mestissage

-

Viaja


Boulpik

:

Konpa Lakay


Black Bazar

:

Round 2

-

Black Bazar


Jenifer Solidade

:

Um Click


Sia Tolno

:

African Woman

-

Eh Sanga

-

My Life


Neuza

:

Flor di Bila


Dino D'Santiago

:

Eva


Zé Luis

:

Serenata


G'Ny

:

Libèté


Ceuzany

:

Ilha d'Melodia

-

Nha Vida


Oliver N'Goma

:

Oliver N'Goma Best Of Clips

-

Saga

-

Bane

-

Adia

-

Best Of


Cubanito

:

My World

-

Tocame

-

Soy Cubanito


Fode Baro

:

La vérité

-

Liberation


Sékouba Bambino

:

Innovation


Mario Lucio

:

Kreol

-

Badyo


Ildo Lobo

:

Incondicional

-

Nos morna

-

Intelectual


Tito Paris


Orquesta Aragon

:

The 70th anniversary album

-

En route

-

Quien sabe sabe

-

Best of The Lusafrica Years


Mounira Mitchala

:

Chili Houritki


Afrolove/Kizomba/Special


Bau

:

Plays Vasco Martins

-

Café Musique

-

Capverdean melancholy


Jey Liba

:

Odyssée


Tcheka

:

Dor de mar

-

Nu monda

-

Longi

-

Argui


Dj Arafat

:

Commandant Zabra


Princezito

:

Spiga


African Music Anthology


Luis Morais


Hasna el becharia

:

Smaa smaa


Cordas do sol

:

Lume d'lenha

-

Terra de sodade


Compilation

:

Mornas de Cabo Verde

-

Kanta Cabo Verde

-

African Guitars Anthology

-

African Music Anthology

-

African Rhythms Anthology

-

African Voices Anthology

-

ILCV PARTY

-

Kizomba Afro Latino

-

Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême

-

Afrolove/Kizomba/Special


Jorge Humberto

:

Ar de nha terra


Leyanis Lopez

:

Corazon presumido


Boy ge mendes

:

Noite de Morabeza

-

Best of


Tania Libertad

:

Costa Negra

-

Negro Color


Fantcha


Gil Semedo

:

Cabopop


La MC

:

Fidju Di Kriolu

-

Nos pobreza ke nos rikesa


Ferro Gaita

:

Rei di funana


Meiway

:

« M20 », le DVD

-

DVD Meiway en concert a l'Elysée Montmartre

-

Professeur

-

M20

-

Golgotha


Maria Alice


Tiolino


Anacaona

:

Lo que tu esperabas


Isaac Delgado

:

Prohibido


Osdalgia

:

La Culebra


Chiwoniso


Dona Ivone Lara

:

Sempre a cantar


Kompass

:

Jardin tropical


Voz de cabo verde


Ballou Canta et Luciana

:

Rumba lolango


Zao


Kapa Dêch


Sally Nyolo

:

Zaïone


Las primeras

:

Papi no te quiero


Djalunga


King kester emeneya

:

Nouvel Ordre


Septeto habanero

:

Celebrando sus 80 anos


Zêdess


Maxima Alerta

:

Llegaron los alertas


Silita


Tipico Oriental


Idrissa Soumaoro

:

Djitoumou


Constantino cardoso

:

Um estoria d'mindel


Medhy Custos

:

Dis Moi Zouk by Médhy Custos


Roberto Isaias

:

Lalany


50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire

:

50 ans d'indépendance musicale de la Côte d'Ivoire


Rui Lima

:

Ser feliz


Nany Vaz

:

L'amour


Jacqueline Fortes

:

Terra d'nhas gente


Vasco Martins

:

Li sin


La nuit du Cap-Vert au Zenith

:

La nuit du Cap-Vert au Zenith


Djelimady Tounkara

:

Solon kôno


Mark G.

:

Mark G. and the Heavy Hitters


Ivoir feeling

:

Ivoir Feeling - volume 8

-

Ivoir Feeling - volume 9


Mizikopeyi

:

Ka wouvé zel-li